Federico Durand

Federico Durand

Alba

(12K)

C’est sur le toujours excellent label 12K, que sort le nouvel album de Federico Durand, Alba, traversée matinale sur des parterres de verdure, gorgés de rosée et de bruine légère.

Comme à son habitude, l’artiste argentin confectionne des atmosphères délicates, fourmillant de détails cachés derrière des parois de cristal.

Alba laisse flotter ses mélodies au dessus de contrées enrobées d’air pur et de nature vierge, de beauté immaculée et de poésie astrale, cherchant à aller toujours plus loin dans l’immensément petit.

La notion de nature est omniprésente, effleurant les frontières de l’abstraction, ponçant les derniers remparts avec des bribes de matière, altérées par la disparition d’une certaine forme d’empathie.

Alba n’est pas sans évoquer par son approche, l’oeuvre de The Caretaker, Everywhere At The End Of Time, axée sur Alzheimer et l’effacement progressif de souvenirs. Des bribes de beauté essayent d’échapper à l’oubli, se hissant au dessus de montagnes de poussière éclatante, vouées à disparaitre avec la fin du temps. Magnifique.

Roland Torres

 

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.