Moor Mother

Moor Mother

Fetish Bones

(Don Giovanni)

Découvert récemment, via un post de l’artiste The Bug sur son Facebook, l’album Fetish Bones de l’artiste américaine Camae Ayawa aka Moor Mother est une véritable claque dans la gueule.

Activiste pour les droits des femmes et fervente défenseuse de la cause noire et LGBT, Moor Mother réinvente la notion d’afrofuturisme à travers Fetish Bones, invoquant un mélange de Shabazz Palaces, Death Grips, Sun Ra, Chino Amobi ou Hieroglyph Being alias I.B.M., traversant l’histoire de la ségrégation et du racisme américain, pour offrir une porte de sortie aux allures d’enfer industriel.

Concassant les éléments pour les superposer en amas de poussières virtuoses, semblant descendre d’un espace chaotique aux confrontations incessantes, Moor Mother envisage le futur en questionnant le passé, alignant sa poésie urbaine sous effluves ravagées et punk dissonant, rage exaltée et énergie happante.

Fetish Bones est un album nourri de liberté et de revendications, de constats accablants et de matière corrosive, de blues destroy et de matière granuleuse sans compromis, aux angles coupants comme le verre. Bien que sorti l’année dernière, il serait impensable de passer à coté d’une telle pépite musicale. Chef-d’oeuvre.

Roland Torres

Site : moormothergoddess.bandcamp.com

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s