Daft Punk

Daft Punk

Random Access Memories

(Columbia)

Daft-Punk

Après avoir longuement hésité à chroniquer le nouvel album de Daft Punk, Random Access Memories, au vu du baroud mondial autour de sa sortie, je me jette finalement à l’eau, après je dois bien l’avouer, de multiples écoutes pour tenter de comprendre et d’apprécier cet opus de toutes les attentes. Si l’album ne fait pas forcément l’unanimité du coté des journalistes musicaux, le public lui a déjà plebiscité Get Lucky, single éblouissant de maitrise, emmené par la voix sensuelle de Pharrell Williams, en attendant de découvrir les reste. Est-il besoin de rappeler que les invités prestigieux ont été conviés à participer à Random Access Memories, en commençant par Nile Rodgers guitariste des cultes Chic, Julian Casablancas (The Strokes), Panda Bear (Animal Collective), Todd Edwards, Giorgio Moroder et Paul Williams, créateur de la musique de Phantom Of Paradise (entre autres), pour qui Thomas Bangalter et Guy-Manuel de Homem-Christo vouent une véritable admiration. Comme d’habitude Daft Punk surprend, abordant la création sous toutes ses facettes, de sa commercialisation avec la communication qui va avec, ainsi qu’à l’oeuvre elle même. Le duo a donc abandonné les machines pour confectionner un album entièrement joué par des musiciens, où le seul sample utilisé est intégré dans le titre de fin, Contact. Random Access Memories n’est donc pas un album à danser, à proprement parler, mais un concentré de savoir faire unique, qui dissémine tous les ingrédients que Daft Punk a développé depuis ses débuts : l’utilisation du vocoder, des racines profondément ancrées dans les années 70/80, un sens de la mélodie imparable et une volonté de ne jamais faire du surplace, mélangeant funk, prog-pop, disco, soft rock, r’n’b… Avec leurs 13 morceaux, les 2 français réconcilient les générations, faisant le grand pont entre les époques et prouvant qu’il y a une vie possible après les machines. Daft Punk offre un album qui rend un hommage appuyé aux musiciens qui ont marqué tout un pan de la culture muciale, sans qui rien n’aurait été possible. Random Access Memories est bien plus qu’un album, c’est une oeuvre émotionnelle avec ses climats savamment orchestrés, qui restera dans les mémoires et que l’on réécoutera certainement encore dans plusieurs années. Pour conclure, signalons que l’on a appris la vieille de la sortie de Random Access Memories, l’annonce du décès du chanteur/producteur Romanthony, qui avait interprété le succès planétaire de Daft Punk, One More Time. RIP.

Roland Torres

Sites : www.daftpunk.com

www.randomaccessmemories.com

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.