No Joy

No Joy

Wait To Pleasure

(Mexican Summer / Differ-ant)

nojoy

Pour son nouvel album, c’est avec un wagon entier de guitares shoegaze, saturées dans le rouge, que la formation montréalaise No Joy ouvre son album, avec le titre E. Wait To Pleasure laisse filer sur ses montagnes de son, la voix en apesanteur de Jasamine White-Gluz, ange déchu dans un magma incandescent, aux effluves teintées de références tape-à-l’oeil, telles que Lush, My Bloody Valentine, Sonic Youth, Ride et Jesus & Mary Chain. Produit par Jorge Helbrecht (Violens), Wait To Pleasure nous replonge dans la noise des années 90, où des murs de guitares gorgées de feedback et de distortion, dessinaient les nouveaux contours d’une pop bouillonnante, aujourd’hui devenue presque monnaie courante. Aujourd’hui No Joy prolonge ce plaisir avec talent, habillé d’arrangements électroniques discrets à l’intensité contagieuse. Un album aux mélodies ouvragées, où l’intensité des instruments tranche avec les vocaux brumeux, le tout habité par une énergie bouillonnante qui finit par flirter avec Cocteau Twins sur le titre de fin, Uhy Yuoi Yoi, fermant ainsi joliment la boucle. Recommandé.

Roland Torres

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.